Nous avons tous nos tics de langage. Ils signalent les ornières de l'intellect. Même en naviguant sur les sommets on peut s'y embourber.

J'ai appris de nos meilleures sources qu'il faut tout transformer en même temps : L'Univers, le Monde, l'Europe, la République, les collectivisé locales, ma façon de penser, mes habitudes, et les tiennes camarade. Fichtre ! Il va falloir qu'Hercule nous aide un peu car en voyant l'enthousiasme ambiant, je crains que toi et moi, nous devrons tout refaire nous-mêmes. Le grand maître de la création n'a qu'à bien se tenir. Et à dégager. Il nous faut d'abord avoir place libre.

 

Je suis dans la phase préparatoire. Je dois décider par quoi commencer. Mon expérience de l'action me complique un peu la tâche.

Il m'est notamment revenu en mémoire une observation d'un excellent homme que je pressais pour obtenir plus rapidement bonne fin à un projet professionnel : « Monsieur vous êtes ici en Charente Maritime. Il faut trois ans pour faire une huître et sept ans pour faire un cognac. » J'en ai tiré la confirmation qu'il vaut mieux avoir une idée du temps qu'il faut pour faire les choses. Et aussi qu'il faut compter avec la psychologie et la culture dominantes. Mais notre pays divers et versatile ne sait jamais très bien ce qui le domine. On peut tout en attendre, comme du département qui a inventé le quart d'heure Charentais selon lequel on est en avance tant que l'on n'a pas quinze minutes de retard. Il a donné à la France Agrippa D'Aubigné, Bernard Palissy, le docteur Guillotin, Pierre Loti. Il a aussi érigé une statue à la gloire de son barde Goulebenéze.

Taquinerie mise à part, il manque sans doute à la science économique de disposer de catalogues qui donneraient des indications utiles sur les temps de production et les liens d'interdépendance des différents produits.

Il semble en effet que les économistes soient un peu enfermés dans des approches synthétiques approximatives, des agrégats inappropriés, des statistiques rétrospectives par nature et manquent d'instruments d'analyse et de prévision.

C'est sans doute ce qui explique la floraison de spécialités économiques et la pénétration de toutes les structures de la société par des économistes de ceci ou de cela. Administrations, organismes sociaux, entreprises, secteurs d'activité, établissements d'enseignement et de recherche, structures de santé, ont certes des spécificités mais s'attachent une pléthore de spécialistes qui se partagent en écoles antagonistes, compliquent l'accès à la connaissance, perpétuent les palabres, retardent les décisions.

Il a fallu quarante ans à notre pays pour multiplier le nombre des économistes, inhiber l'économie, installer le chômage, obérer la balance commerciale, accroître la dette, et les déficits. ! Faut-il y voir et la cause et les effets ?

Quittons un peu le mode taquin pour faire un peu de provocation. 

Les économistes aiment les doctrines. Chacun élabore ses théories qui s'ajoutent les unes aux autres sans s'y substituer. La science économique est faite de strates qui ont chacune leurs thuriféraires.

Pour exister, on publie ses idées on hante les plateaux de télévision. Nous voyons ainsi s'opposer le libéralisme et le dirigisme, l'offre et la demande, Marx et Smith, Keynes et Shumpeter, Galbraith et Friedman.

Pour assagir l'argent dépensé on pourrait par exemple instaurer un numerus clausus pour les économistes afin de diminuer le nombre de ceux qui risquent de se tromper !

Avec tant de disciples et de conseillers faut-il s'étonner qu'un homme politique ne croie qu'à la communication, espère relancer par un coup de sifflet une économie pendant quarante ans inhibée, et nous annonce que la croissance est là quand elle est là-bas ?

La première chose à faire chez-nous est de redresser l'économie. Mais le malheur veut que les Hercule qui ont en charge la société n'ont pas faim, n'ont pas froid, savent où dormir ce soir, peuvent penser à autre chose. Ils tiennent toujours le même discours.

Hercule veut qu'on se remue,
Puis il aide les gens. Regarde d'où provient
L'achoppement qui te retient....

Aide toi, le ciel t'aidera.

La Fontaine. (1621-1695) Le chartier embourbé

 

Pierre Auguste

Le 19 septembre 2018

 

 

alt