Edito de la semaine

LA RÉFORME DES RETRAITES.

2-PROSPECTIVE AU RÉTROVISEUR

Le rétroviseur est un instrument essentiel de la gouvernance d’une automobile et du pilotage politique. Il faut le regarder souvent, mais jamais très longtemps. Si Ésope l’avait connu, il en aurait fait quelque fable.

Mais la moralité de la politique, qui fut à l’ordre du jour d’hier, a déjà changé de nom aujourd’hui. Nul ne sait ce que sera devenue la morale quand « la fabula sera actée ».

La communication de nos gouvernants nouveaux pour promouvoir leur nouvelle méthode réformatrice fait penser à l’annonce annuelle de l’arrivée du Beaujolais nouveau.

Les assemblages des produits de nos terroirs politiques et culturels vont confronter une cuvée d’œnologues un peu verts et les éternels chevaliers de la table ronde imbibés jusqu’à la moelle de doctrines du dix-neuvième siècle.

Une nouvelle fois, les débats vont porter sur la mise en tutelle des capitaux et des projets, sur la destination à donner à chaque euro, produit ou dépensé, sur la régie des entreprises comme des ateliers nationaux, sur les temps de travail, sur les modalités et les contreparties des licenciements, sur la résilience des statuts des travailleurs, sur les missions et sur l’organisation des grands services publics de ceci ou de cela, sur l’unification des retraites…

Nous avons ici tenté d’exposer la complexité, les difficultés, et finalement la vanité, de vouloir unifier les systèmes de retraite par une sorte de barème universel, équitable, non bureaucratique qui s’adapterait à la diversité croissante des situations.

En extrapolant l’évolution de la société on peut en inférer que nos dirigeants seront déboutés par les réalités et rebutés par leur prétention de se substituer aux citoyens pour conduire leur vie.

Certes, il y aura toujours une part de la population qui, par handicap, accident, ignorance, incompétence, imprévoyance, négligence, inintelligence ou paresse, sera toujours hors d’état de se prendre en charge. Mais cela ne justifie pas de mettre en curatelle cette autre part du peuple (de l’ordre de deux citoyens sur trois) qui, par son savoir et ses savoir-faire, pourra mieux et à moindre coût que quiconque, maîtriser sa vie en tous ses âges, établir ses proches, contribuer au bon fonctionnement de la société.

L’allongement de la durée de la vie, les misères de la vieillesse, l’enchérissement des produits innovants, la concurrence internationale, les exigences nouvelles des pays émergents, nous conduiront à de douloureuses révisions et à des réveils brutaux.

Il s’agit en somme de mettre fin à ce mépris de l’homme inhérent à un certain socialisme militant ou opinant, de mieux promouvoir enseignement et formation, de miser sur la responsabilité, d’encourager l’initiative, de bannir l’outrecuidance du personnel politique.

Au risque de faire hurler les bien-pensants, j’ose dire qu’en ce monde où fleurissent les fonds de pension, notre vieux système de retraite par répartition est voué au dépérissement. Il faudra bien, tôt ou tard, l’ouvrir au marché plus directement et autrement que par des emprunts et des obligations d’état.

Tant pis si les inspecteurs des finances, qui se prennent pour Jeanne d’Arc, décident de me brûler sur la place du marché ! Je suis prêt à restituer tout mon carbone à l’univers.

Mais déjà les brumes de la concertation obscurcissent le ciel de l’été. Le rétroviseur sera clair, le pare-brise embué. Ceux qui n’aiment pas l’argent essaient de le lamper à toutes sources. Ils vont encore proposer que capitaux et projets soient mis en tutelle de l’état, que l’administration régente tout, que les entreprises soient traites comme des vaches à lait en batteries, que les travailleurs soient peu ou prou considérés comme des fonctionnaires, ou que les fonctionnaires soient considérés comme des salariés.

Cinq voies concurrentes ou associées se dégagent, si l’on peut dire : Une vraie réforme consentie, le statu quo qui nous est familier, des mesures inappropriées à la situation nationale et à l’évolution du monde, la dérive totalitaire, la poursuite dans la rue de la « négociation » avec d’autres moyens.

Peuple souverain, ta sortie du marasme dépend plus de l‘allant des entrepreneurs, que des actions collectives « es qualité » de ces institutions disqualifiées, par toi déléguées.

Pierre Auguste 
Le 21 juin 2017

 

Le changement... pour quoi faire ?

cibleLorsque l’on met en oeuvre un changement dans une entreprise ou une structure de l’Etat, diverses conditions doivent être réunies pour que le changement soit un succès.

Lors de la phase préparatoire, la première chose qui doit être faite est de définir les objectifs opérationnels attendus par les clients et les utilisateurs qui doivent être mis en oeuvre par les différents acteurs qui doivent eux mêmes être pro-actifs. Ensuite, doivent être évalués les moyens à mettre en oeuvre en face des objectifs communs. Si l’on procède en ordre inverse, on risque fort de limiter l’objectif en fonction de moyens mal positionnés...

Lire la suite...

 

Demandeurs d'emplois déclarez vos vacances à pôle Emploi

code du travailVous êtes demandeur d'emploi et avez prévu de partir en vacances : plus globalement, vous vous absentez de chez vous plus de 7 jours et vous voulez éviter de recevoir une convocation pendant votre absence.

Votre pôle emploi doit être informé de votre absence (vacances, voyage) avant votre départ si celle-ci est au moins égale à 7 jours.

Ces absences sont autorisées dans la limite de 35 jours par année civile. Les samedis, dimanches sont compris dans le calcul.

Vous pouvez signaler vos absences sans vous déplacer :
• en vous connectant sur pole-emploi.fr. Accédez à votre espace personnel puis à votre dossier de demandeur d'emploi, rubrique « Mon dossier »
• par téléphone au 39 49 (selon le service, appel gratuit ou de 0,11 centimes d’euros maximum, hors éventuel surcoût de votre opérateur)

Munissez-vous de votre numéro identifiant (7 chiffres et 1 lettre) et de votre code d’accès.

Vous devez également prévenir votre conseiller Pôle emploi s’il était prévu un entretien.

...

Source Site Pôle Emploi

 

Réduire la fracture linguistique

fracture

Plan d’action 1 pour l’emploi : Réduire la fracture linguistique


Partons du constat quantifiable portant sur les cv et les lettres de motivation envoyés sur notre plate forme de recrutement enligne-fr.com par des demandeurs d’emploi, de stages et des indépendants.

- 75 % des enregistrements comportent au moins une faute d’orthographe, d’accord, de syntaxe, de conjugaison, de construction logique...
- 15 % comportent plusieurs fautes par phrase.
- Près de 15 % des candidats font une faute d’orthographe dans le mot qui désigne leur métier et n’ont par conséquent aucune chance d’être trouvés dans les moteurs de recherche par les employeurs qui font des requêtes.
- Alors que plus de 95% des fautes sont détectées et soulignées en rouge par les correcteurs orthographiques associés aux traitements de textes et aux navigateurs internet, celles-ci ne sont pas corrigées par leurs auteurs qui n’ont pourtant qu’un “clic droit” à faire avec leur souris pour remédier à l’erreur...

Lire la suite...

 

Aller à un entretien d’embauche avec ou sans cv ?

cvBeaucoup de candidats à un emploi ou un stage se présentent en entretien d’embauche sans emporter un exemplaire de leur cv avec eux.

Ce choix est-il dû à une crainte de présenter un document qui ne soit pas en cohérence avec la version de cv expédiée par courriel, sans trace, au recruteur, compte tenu d’une multiplicité de vies professionnelles ? Est-ce une négligence ? Est-ce une volonté de contraindre le recruteur à sortir son dossier ? Ce choix est il économique ?...

 

En n’apportant pas de cv, le candidat prend le risque que la question sur la raison de cet état de fait lui soit posée gentiment mais assez directement par le recruteur. Si la raison est économique, il aura du mal à argumenter fortement sa rémunération, si c’est de la négligence ou un rapport de force qui ont motivé sa décision, le recruteur le sentira...

Lire la suite...

 

L’effet promos

 

 

promosC’est bien connu par les gens dans la vraie vie, quand la période des promos se précise dans les magasins, on arrête de consommer en attendant le moment ou on va pouvoir faire de bonnes affaires.


Il en est de même pour le marché de l’emploi…

 

Lorsqu’en 2006, Monsieur de Villepin alors 1er ministre avait essayé pendant des mois de faire passer en force son Contrat de Première Embauche qui était censé apporter une montagne d’avantages aux chefs d’entreprises, nous avions observé, juchés sur notre promontoire, un ralentissement très notable des recrutements. Les chefs d’entreprises souhaitaient profiter, sur les embauches qu’ils avaient de toute façon l’intention de faire, des avantages qu’allaient leur procurer le nouveau contrat. Lorsque, las de blocages successifs, le projet a été abandonné, les recrutements ont repris leur rythme habituel. L’annonce a simplement eu pour effet de stopper pendant plusieurs mois les recrutements, et n’en a pas généré un seul....

Lire la suite...

 

Trouver des concessions

equilibreLa dernière fois,  je vous ai parlé de la « clé » du bonheur. Cette semaine nous poursuivons avec la « porte » qui s’ouvre vers cet accord « gagnant-gagnant ».

Dans l’exemple utilisé la dernière fois une partie en moi avait besoin d’une soirée de repos et l’autre de faire le ménage. La concession était le report dans le temps d’une des deux activités. En résultait la satisfaction des deux besoins.

Les concessions se trouvent grâce à un questionnement habile et une découverte détaillée des besoins de l’autre, suivi d’une préparation minutieuse. Les vrais besoins de votre interlocuteur vous permettent de lui faire une concession adaptée.

Lire la suite...

 

Le petit bout de la lorgnette fiscale

Fotolia_51913459_XS.jpgNotre très très cher Premier Ministre a annoncé une “mise à plat” de la fiscalité : à force d’ajouts celle ci est manifestement devenue ingérable et incompréhensible à ceux-là même qui sont chargés de l’administrer. Le gouvernement, pilotant par grande embardées et grands coups d’accélérateurs fiscaux, n’obtenant plus les performances attendues entend probablement remettre l’outil à sa main...et surtout... à ses besoins.

D’autres chantiers nécessiteraient d’être pris à bras le corps : en voici un qui nous semble indissociable de celui envisagé :

Avant de se poser la question du “combien” et du “comment” finance t-on, il peut être utile de commencer par se poser la question du “quoi” finance t-on ? Ce que l’on finance ne participe t’il pas activement à la question du combien et comment...

Lire la suite...

 

Est-ce que "cher" est un gage de qualité ?

Fotolia_45225065_XS.jpgAsseyez-vous devant votre écran d’ordinateur et essayez de choisir un produit dont vous n’avez aucune connaissance. Disons, vous voulez faire plaisir à un lointain cousin qui vous a invité pour son anniversaire et qui collectionne des cannes. Vous voilà parti sur les sites proposant des cannes anciennes, utilisées par d’illustres personnages, ou encore faites par des maisons prestigieuses. Sur quoi pouvez-vous vous baser, si vous désirez acheter une canne dite de qualité ?  – exactement : sur le prix. La canne la plus chère doit être par conséquence la canne la plus désirable et qui fera le plus plaisir au cher cousin...

Lire la suite...

 

Amateurs !!!

amateursPendant que les entreprises essaient de sortir la tête de l’eau, une enclume attachée aux chevilles, et que les demandeurs d’emplois tentent de nager au milieu des dysfonctionnements de l'Etat, l’équipage de « la croisière s’amuse » se laisse focaliser sur des sujets totalement subsidiaires, en réaction aux émotions des plus vindicatifs.

Experts en procrastination sur des non sujets, nos amis politiques évitent de travailler sur les vrais sujets : les réformes structurelles de l’état…

Lire la suite...

 

Humour pour recruteurs

Fotolia 25713466 XSComme on a encore le droit de sourire, nous en profitons pour vous faire partager ce rapport fictif d'un consultant en recrutement.
Il illustre la facilité avec laquelle on peut se focaliser sur des apparences et passer à côté des perspectives historiques...



De : Jordan, consultant en management, Tibériade

A : Jésus, fils de Joseph
- Menuiseries / charpentes à Nazareth -

Lire la suite...

 

Etre jeune

etre jeunesCette semaine, nous avons envie de vous faire partager ce texte du Général Mac Arthur, porteur d'optimisme et d'espoir... Et par les temps qui courent...

Il s'adresse autant aux chefs d'entreprises qu'aux demandeurs d'emplois ... à tous les jeunes de tous les ages...

Enjoy !!!

Lire la suite...

 

Offre spéciale pack intégral 12 mois

Commandez votre pack intégral 12 mois

Enligne vous offre 31 jours en plus

fotolia 29584387 xs

 

 Cliquez ici

 

*Offre valable jusqu'au 30 06 2017

 

 

Le Besoin

besoinLa pyramide de Maslow – La vente – La négociation – Les méthodes de développement personnel – La communication NonViolente. Un point commun à tout cela : le besoin.

 
•    Abraham Maslow a hiérarchisé les besoins selon l’étape de la vie dans laquelle la personne se trouve.
•    Le point culminant de toute vente est la découverte du besoin du client, car si ce dernier n’avait pas de besoin, il n’y aurait pas vente.
•    Le résultat d’une négociation gagnant-gagnant doit répondre aux besoins réels de chaque partie, sinon une des deux ne se sentirait pas « gagnante ».
•    Et la plupart des bienfaits du développement personnel tournent autour de ce point central : est-ce que ce que je fais répond à mes besoins réels ?

Lire la suite...

 

Les raisons de la colère

foudreDes mouvements de colère se déclenchent de plus en plus vite et regroupent de plus en plus rapidement de plus en plus de monde. Il s’y cristallise l’expression de plus en plus virulente et de plus en plus organisée des mécontentements que les systèmes institutionnels ne permettent pas d’exprimer autrement.
De même que le climat produit des phénomènes de plus en plus violents, notre société, passée dans l’ère électronique, va produire des événements de plus en plus rapides et brutaux si elle ne réforme pas ses paradigmes et ses institutions…

Lire la suite...

 

Le questionnement

pontLes commerciaux sont formés à poser des questions afin d’avoir un maximum d’informations sur leurs clients et leurs besoins. Sans formation particulière, ils posent des questions ouvertes afin de faire parler le client. Or, tout bien réfléchi, qu’est-ce qu’on veut obtenir lors de la phase de questionnement ? – on veut en savoir le plus possible sur le concurrent, sur les caractéristiques recherchées et ce qui freine l’achat. Les vendeurs juniors essaieront de démolir le produit concurrent. Or, qu’est-ce qui se passe dans la tête de l’acheteur quand on essaie d’attaquer un produit qu’il a pris en considération ? – Il résiste et à chaque contre-argument trouvera le produit concurrent de plus en plus attrayant.

Le vendeur senior n’essaie pas d’insister sur les faiblesses du produit concurrent, mais fait augmenter la valeur de son propre produit aux yeux de l’acheteur. Ceci se passe au travers d’un questionnement logique...

Lire la suite...

 

Conseils aux stagiaires : comment faire un cv quand on n’a pas beaucoup d’expérience ?

starting-blockCertains chercheurs de stages remplissent les formulaires de lettre de motivation et de présentation de cv de la manière suivante : « Lettre de motivation sur demande », « cv sur demande »

Nous détectons sur ce type de réponse 3 types de profils :

-          - Les rebelles

-          - Les fumistes

-          - Ceux qui n’ont pas d’expérience et qui imaginent ainsi le masquer

Dans les 3 cas nous ne diffusons les candidatures qu’après que ceux-ci aient fourni les informations que nos clients attendent. Un recruteur ne va certainement pas perdre du temps à demander une information à un candidat sans avoir de critères pour les lui demander (précisément le cv et la lettre de motivation), a fortiori quand celui-ci a démontré qu’il était capable de se cabrer quand on les lui demande.

Jeunes gens, sortez du monde de l’inconscience et soyez bienvenus dans le monde réel. (Même s’il est dur, il peut offrir de belles choses…)
Les fumistes qui croient que tout leur est dû peuvent rester en dehors de notre site : cela fera gagner du temps à tout le monde et en particulier à nos clients.
Nous invitons les rebelles à réfléchir à leur efficacité au regard de leurs objectifs.
Cet article s’adresse à ceux qui ne savent pas comment valoriser une faible expérience…

Lire la suite...

 

Les silences

desertLors de mon dernier cours de dessin, notre professeur nous a mis une multitude d’objets sur une table et nous a demandé de dessiner les VIDES qui séparaient les objets au lieu des objets eux-mêmes !… ?!?

Nous étions complètement perdus. Comment cela, les vides ? La vérité est, que nous n’avons pas l’habitude de les voir, de les entendre, de les apprécier et encore moins de les dessiner. Nous sommes occupés à les combler, ces vides.

Quand nous avons un moment de calme, avec rien à faire, nous trouvons quelque chose à faire.  Quand personne ne prend la parole, nous nous empressons de faire la conversation. Quand une feuille est vide, nous la couvrons illico presto d’écriture.

 

Dans une négociation par exemple, imaginons-nous que vous faites une proposition à l’autre partie en terminant, « qu’en pensez-vous » ? Il vous paraît maintenant évident qu’il faut attendre la réaction de l’autre partie. – Mais dans la réalité, vous seriez étonné combien de fois vous êtes tentés à combler le silence qui s’installe après une telle question. Au lieu d’attendre et de laisser réfléchir l’autre partie à votre proposition et de préparer une contre-proposition, vous comblez ce temps de silence –  ce temps de réflexion –  avec des questions, des arguments supplémentaires, des détails insignifiants !!!

Au lieu de laisser réfléchir l’autre partie à sa réponse, vous en ajoutez et semez inévitablement la pagaille dans la tête de votre interlocuteur. Résultat : vous ne laissez pas l’occasion à votre interlocuteur de vous donner une réponse !

Lire la suite...

 

Conseil aux demandeurs : ne préparez pas vos candidatures sur un smartphone ou une tablette

tablette2.jpgQue penser de ces pseudo cv de 2 lignes que l'on voit apparaitre et que nous refoulons systématiquement ? Plusieurs dizaines par jour actuellement. Ils sont fait sur un smartphone, au mieux sur une tablette, en 2 mn, sans caractère accentué, apostrophe ni ponctuation.

Sur ces outils, certaines manipulations ne sont pas aisées comme ouvrir un autre document, sélectionner, copier coller une portion de texte dans un endroit précis, en particulier lorsque l'écran est petit.

La suggestion de mots proposés par le téléphone produit des concepts surprenants.

Compte tenu de la taille des écrans, il est difficile d'avoir une vue d'ensemble de ce que l'on vient de produire et de se relire...

Pratiques pour la consultation, ils ne permettent pas d’importer des documents. Certains pensent que ce n’est pas grave : on met 2 lignes et personne ne s’en rendra compte. 2 lignes mal tapées pour 15 ans d’expérience affichée avouez que ça fait un peu fainéant... Qu'en penseriez vous si vous étiez recruteur ?...

 

Lire la suite...

 

C’est la rentrée

pedaloLaissons là l’attente et l’immobilisme ambiants.

Les arbitrages des pouvoirs publics sur la retraite semblent montrer qu’ils commencent à comprendre que l’emploi dépend de la capacité des entreprises à recruter et que celle-ci dépend de la visibilité et de la confiance qu’ont leurs dirigeants.
Reprenons confiance : cette étape était probablement la plus dure à accepter par des acteurs aux raisonnements un peu légers et dogmatiques.

Ils devraient maintenant très bientôt comprendre que l’emploi dépend aussi et tout autant de la capacité des gens à dépenser de l’argent pour des biens et des services… que les entreprises leur vendront.

Cette deuxième étape de prise de conscience sera probablement accélérée par les échéances électorales car les contribuables sont aussi des électeurs.
Les mécanismes régulateurs des excès se mettront en place soit par le haut soit par le bas...

Lire la suite...

 

Better be rich than right

singe.jpgIl y a négociation parce qu’il y a désaccord. Sur les prix, les délais, la couleur, les détails du contrat...

 
Le négociateur inexpérimenté cherche souvent à convaincre l’autre qu’il a tort. Il a besoin d’avoir raison parce qu’il pense que l’un des d’eux doit avoir raison et l’autre manger son chapeau.

 
« Il vaut mieux  être riche qu’avoir raison» devrait être gravé dans la mémoire de toute personne amenée à négocier régulièrement...

Lire la suite...

 

<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivant > Fin >>

Page 3 de 8

Accessibilité
Increase Font Size Option 5 Reset Font Size Option 5 Decrease Font Size Option 5
Changer le fond
basic_bleu
Visiteurs
205 Visiteurs connectés